Ituri : présumés complices de la milice Front Patriotique et Intégrationniste du Congo, 2 professeurs d’université sont retenus en garde à vue à Bunia

Ituri : présumés complices de la milice Front Patriotique et Intégrationniste du Congo, 2 professeurs d’université sont retenus en garde à vue à Bunia

L’on ne cessera de le décrier, l’insécurité à la partie orientale de la république démocratique du Congo est entretenue par certains fils du pays aussi bien dans la sphère politique, la société en général et certains officiers de l’armée. L’instauration de l’État de siège depuis le mois de Mai de cette année révèle petit à petit certains acteurs cachés de cette guerre transversale ponctuée de génocide des populations de l’Est du pays.

En effet, deux professeurs d’université originaires du territoire d’Irumu sont aux arrêts, en garde à vue à l’auditorat militaire de garnison de l’Ituri à Bunia depuis le mercredi 05 janvier 2022. Les professeurs Bungishabaku Katho et Ndudanga Kavarios sont soupçonnés d’être de mèche avec la milice dénommée Front Patriotique et Intégrationniste du Congo (FPIC) opérant en territoire d’Irumu.

À en croire des sources concordantes qui ont requis l’anonymat au sein de l’auditorat militaire, ces deux cadres scientifiques ont été cités par un renseignant comme co-fondateurs dudit mouvement insurrectionnel, auteur de plusieurs exactions contre les populations civiles et des attaques contre des positions militaires.

Les enquêtes se poursuivent dans le but de démanteler toute personne impliquée dans ces affaires criminelles contre l’état Congolais, affirme les sources judiciaires.

Signalons que le professeur Bungishabaku Katho, est l’ancien recteur de l’Université Shalom de Bunia. Détenteur de plusieurs diplômes en théologie, il a compéti à l’élection du gouverneur de l’Ituri en 2019 et fût l’ancien représentant légal d’une église implantée dans plusieurs secteurs de la province de l’Ituri.

Son pair, le professeur Ndudanga Kavarios est vice-recteur de l’Université du Cepromad (UNIC) en Ituri et enseignant de l’économie monétaire. Ce dernier a déjà fait l’objet d’une arrestation pour les même raisons mais relaxé par manque de preuves

Par ailleurs, signalons que la capacité de nuisance des miliciens FPIC a été considérablement réduite par les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à travers les différentes opérations menées contre ces assaillants depuis l’instauration de l’état de siège. Il y a quelques mois, un général autoproclamé connu sous le nom du « général Malaika » de ladite milice a été appréhendé par les services de défense et de sécurité de la ville de Bunia et demeure en détention à la prison centrale de Bunia.

Alain St. Bwembia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *