Lubumbashi : Consterné, Mgr Fulgence Muteba condame la répression violente de la marche pour la libération de Ngoy Mulunda

Lubumbashi : Consterné, Mgr Fulgence Muteba condame la répression violente de la marche pour la libération de Ngoy Mulunda

La marche pacifique, organisée par l’AFBC de Néné Nkulu pour exiger la libération du tristement célèbre pasteur Ngoy Mulunda, s’est soldée par une répression policière violente ce 18 janvier à Lubumbashi. L’on déplore plusieurs cas des blessés.

Face à cette répression policière violente, Mgr Fulgence Muteba n’a pas mis des gants pour condamner ces faits. Dans un communiqué de l’archidiocèse qu’il a signé et rendu public ce matin, le prélat catholique a exprimé sa consternation et préoccupation.

« Je suis extrêmement préoccupé et consterné par la répression violente, hier mercredi 18 janvier 2022 sur l’Avenue Kasavubu dans la commune de Lubumbashi, d’une marche pacifique dûment autorisée par l’autorité urbaine, qui s’est malheureusement soldée dans le chaos et a causé plusieurs blessés. Je condamne vigoureusement l’usage intentionnel, délibérément disproportionné, de la force répressive. »

Pour le numéro 1 de l’archidiocèse de Lubumbashi, le droit de manifester pacifiquement n’est pas une faveur attribuable au gré des humeurs dans un état qui s’autoproclame d’état de droit

« Dans un Etat qui s’autoproclame « de droit », il est notoire que le droit de manifester pacifiquement n’est pas une faveur attribuable au gré des humeurs de ceux qui gèrent la chose publique. Par contre, c’est fondamentalement un droit essentiel reconnu aux citoyens de la République pour exprimer publiquement et collectivement leurs opinions ou les revendications qu’ils estiment légitimes. Lorsque des dispositions de ne pas troubler l’ordre public sont prises de manière responsable, ce droit, légitimement reconnu et jalousement protégé par les lois de notre pays, ne peut être violé sous aucun prétexte par quiconque a la responsabilité de gérer la Cité, encore moins par ceux qui sont censés assurer la sécurité des paisibles citoyens. » a-t-il poursuivi dans ce communiqué.

Signalons par ailleurs, que Mgr Fulgence Muteba, « considérant la gravité des incidents » sollicite qu’une enquête soit diligentée et que les coupables soient déférés devant les cours et tribunaux pour subir la rigueur de la loi. Il a par la même occasion invité « …les autorités publiques du Haut-Katanga à tout mettre en oeuvre pour ne pas entraver la quête inlassable du Bien commun et le « vivre ensemble », si précieux et si indispensables pour la paix, le bien-être et le développement dans notre chère province, en particulier dans la ville « sensible » de Lubumbashi. »

Pour clore son propos, Mgr Fulgence Muteba a invité les forces en présence au renforcement de la fraternité :  » En confiant notre pays et notre province à la bonté miséricordieuse du Seigneur par l’intercession de la Vierge Marie, Reine de la paix, je souhaite à tous et à toutes de renforcer les liens de fraternité et de dialogue parce que nous sommes tous frères et sœurs »

Alain St. Bwembia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *