Manifestation contre la MONUSCO : La CENCO estime que le Gouvernement de la RDC et la MONUSCO ont montré leurs limites dans leur mission de sécuriser les populations (Communiqué)

Manifestation contre la MONUSCO : La CENCO estime que le Gouvernement de la RDC et la MONUSCO ont montré leurs limites dans leur mission de sécuriser les populations (Communiqué)

17 morts dont 3 casque bleu de la MONUSCO et plusieurs blessés, tel est le bilan de 3 jours des manifestations contre la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo. À Goma, Butembo et Uvira dans les provinces du Kivu. Les Congolais ont exprimé leur ras-le-bol dans les rues de ces villes de l’Est du pays. Des manifestations pacifiques qui ont viré au vol et pillage, occasionnant ainsi plusieurs morts et blessés. À en croire la Commission Épiscopale Nationale du Congo, ces manifestations risquent de gagner d’autres villes de la RDC.

Des réactions fusent de partout pour déplorer les morts, ou pour soutenir les manifestants. Depuis Accra au Ghana où il se trouve, la réaction le Président de CENCO, ne s’est pas fait attendre. Tout en comprenant la colère des nos compatriotes qui ont manifesté, la CENCO estime que le gouvernement Congolais et la MONUSCO ont montré leurs limites dans leur mission de sécuriser les populations exposées aux attaques terroristes de groupes armés. Tout en condamnant les violations qui ont émaillé ces manifestations, et déplorer la perte en vies humaines, la CENCO encourage l’Etat Congolais et la MONUSCO à diligenter une enquête conjointe afin que les conditions dans lesquelles les scènes de violence et des pillages se sont déroulée soient mises en lumière.

Ci-dessous l’intégralité de ce communiqué de la CENCO, signé depuis Accra au Ghana par Mgr Utembi, le Président de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo.

COMMUNIQUE DE LA CENCO CONCERNANT LES MANIFESTATIONS ORGANISÉES CONTRE LA MONUSCO

  1. La Conférence Episcopale Nationale du Congo(CENCO) suit avec attention, regrets et tristesse l’évolution des manifestations organisées contre la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO), notamment à Goma et Butembo. D’après les informations en sa disposition, ces manifestations sont susceptibles de s’étendre sur d’autres villes du pays.
  2. La CENCO comprend la colère des compatriotes qui participent à ces manifestations. En outre, comme eux, elle estime que le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la MONUSCO ont montré leurs limites dans leur mission de sécuriser les populations exposées aux attaques des groupes armés en RD Congo. En effet, après plus de deux décennies d’insécurité, les Gouvernements qui se sont succédé et les différentes résolutions des Nations Unies n’ont pas réussi à neutraliser les groupes armés nationaux et internationaux. Ces derniers continuent, en toute impunité, à semer la désolation auprès des populations civiles de l’Est de la RD Congo.
  3. Manifester pacifiquement est un droit reconnu à tout citoyen par les Instruments internationaux et la Constitution de la RD Congo. En revanche, recourir à la violence ou aux pillages constitue un acte qui ne peut qu’amplifier et pérenniser le mal ainsi que la souffrance des populations.
  4. La CENCO condamne fermement toute la violence qui a prévalu durant les manifestations de Goma et de Butembo, d’où qu’elle vienne. Elle exprime ses condoléances et sa proximité aux familles éplorées de toutes les parties et recommande toutes les personnes décédées à la miséricorde divine.
  5. Elle encourage l’Etat congolais et la MONUSCO à diligenter une enquête conjointe afin que les conditions dans lesquelles les scènes de violence et des pillages se sont exercées soient mises en lumière et que leurs auteurs soient traduits en justice.
  6. La CENCO recommande aux hommes politiques et aux leaders communautaires de s’abstenir de tout discours susceptible d’entraîner la haine et la violence, surtout pendant cette période préélectorale. Elle appelle la population à exercer, dans tous les cas, son droit de manifester pacifiquement conformément aux Lois de la République.
  7. Elle encourage le Gouvernement de la République à organiser les concertations avec la MONUSCO et les Organisations de la Société civile aux fins d’établir un diagnostic sur les interventions des uns et des autres portant sur le retour de la paix dans la partie Est de la RD Congo.
  8. Que par l’intercession maternelle de la Vierge Marie, Reine de la Paix, le Seigneur bénisse la RD Congo et ses habitants.

Fait à Accra (Ghana), le 27 JUILLET 2022

Mgr Utembi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *