Propos haineux de Jean Lucien Busa: du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, la population congolaise s’en indigne et condamne

Propos haineux de Jean Lucien Busa: du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, la population congolaise s’en indigne et condamne

Les propos irréfléchis, haineux et racistes tenus par Jean-Lucien Busa Tongba continuent de soulever un tollé depuis le lieu du crime et s’étendent au reste du territoire.

Le vent d’indignation et d’ignominie souffle depuis le grand Equateur et atteint tous les points cardinaux du pays.

En effet, dans une vidéo réalisée par des notables du territoire de Budjala, les propos de Jean-Lucien Busa sont jugés inacceptables et d’aucuns lui exigent des excuses publiques.

Plus l’intéressé traine à faire amende honorable, plus les conséquences de son acte se multiplient. Déjà, à Gemena comme à Mbandaka, les sièges du parti de Jean-Lucien Busa ont été tout simplement mis à sac et incendiés par la population en colère.

De même, à Libenge et à Zongo, les militants du Mouvement de Libération du Congo, jeunes et vieux, ont exprimé leur indignation à travers des marches pacifiques. À Libenge, la population représentée par sa notabilité, ne s’est pas privée d’exprimer, ce 13 Janvier 2023, son regret et sa colère contre Monsieur Bussa pour avoir sali la mémoire du « vénéré feu Papa Jeanot Bemba » à travers une marche pacifique.

La notabilité et la population du territoire de Libenge, où Jeanot Bemba Saolona a vu le jour, ont protesté  » énergiquement contre les agissements délibérés de Monsieur Jean-Lucien Busa » à l’égard de Bemba Saolona d’heureuse mémoire qui, de « son vivant, alors premier notable du grand Equateur,… avait réalisé plusieurs projets de développement dans notre pays ».

À Budjala, où Jean Lucien Busa s’est illustré à déverser son venin de haine contre le leader du MLC, là encore, les notables lui ont dit non, à travers une déclaration en lingala signée le 12 Janvier.

Cette vive indignation du peuple Congolais ne s’est pas arrêtée là. En dehors de la colère des internautes contre Bussa,  » l’homme du passif, car sans réalisation individuelle en faveur du développement et de la démocratie en RDC » malgré sa présence à la tête d’un grand ministère, cette indignation s’est invitée au Conseil des ministres où Monsieur Bussa s’est fait remonter les bretelles par le Chef de l’État. À tout dire, Bussa est désormais considéré comme l’ennemi de tous, sinon un pestiféré. Va -t-il s’en sortir ? Possible ! Pourvu, peut-être , qu’il fasse amende honorable , et surtout dans un meilleur délai.

Alain St. Bwembia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *