RDC: 2022 année des grands travaux ? Félix Antoine Tshisekedi annonce des projets d’infrastructures et des moyens de transports en faveur des territoires

RDC: 2022 année des grands travaux ? Félix Antoine Tshisekedi  annonce des projets d’infrastructures et des moyens de transports en faveur des territoires

61 ans après son indépendance, la république démocratique du Congo accuse un déficit criant en infrastructures routières, fluviale, lacustres et en moyens de transport pour amorcer son développement à la base. C’est pour lancer ce développement en vue d’améliorer les conditions de vie des populations rurales et donner un coup d’accélérateur au développement du pays que le président Félix Antoine Tshisekedi a annoncé, sans chiffré, 9 grands projets d’infrastructures et de transports en RDC devant les députés nationaux et les sénateurs réunis en congrès hier.

Ces 9 grands projets annoncé par le président de la république concerne les travaux de plus de 1500 kilomètres des route et des moyens de transport :

  1. La construction du Port en eau profonde de Banana ;
  2. Le bitumage de la Route Kasomeno, en RDC – Mwenda, en Zambie, longue de 270 kms;
  3. Le bitumage de 30 km de Voirie dans la Ville de Bukavu et celui de 100 km du tronçon Bukavu – Goma ;
  4. Le bitumage de 748 km du tronçon Beni – Komanda – Niania –Kisangani ;
  5. La réhabilitation de 80 km du tronçon Kasindi – Beni ;
  6. La réhabilitation de 54 km du tronçon Beni-Butembo ;
  7. La réhabilitation de 89 km du tronçon Bunagana – Rutshuru – Goma ;
  8. La mise en service du bac pour la traversée entre Zongo et Bangui (RCA) ;
  9. Le bitumage de la route Kalamba Mbuji – Kananga – Mbuji Mayi.

Signalons par ailleurs qu’au cours de ce grand oral dont s’est livré le fils du sphinx de Limete, Fatshi a annoncé un programme ambitieux de développement du pays à travers ses 145 territoires. Félix Antoine Tshisekedi a énuméré quelques priorités de programme dont :

  • Le désenclavement des territoires par la réhabilitation de près de 9000km et l’entretien de 30 000km de routes de desserte agricole ;
  • L’amélioration de l’accès des communautés rurales à l’électricité, notamment par la construction de mini-centrales photovoltaïques ;
  • L’amélioration de l’accès à l’eau potable, par la construction de forages et l’aménagement de sources ;
  • La construction d’infrastructures économiques rurales, notamment, par l’équipement de 748 centres de santé, plus de 1200 écoles ainsi que l’aménagement de marchés modernes ;
  • Et enfin, la restauration de l’autorité de l’État, en commençant par la construction de bâtiments administratifs dans tous les 145 territoires.

Est-ce un chapelet de bonnes intentions que le Chef de l’Etat a égrené devant les députés et sénateurs lors de ce congrès ? La question vaut son pesant d’or car pour la majorité des Congolais, le président de la république promets plus qu’il ne réalise. C’est ainsi que le 5è président de la RDC a par ailleurs rappelé quelques réalisations en matière d’infrastructures routières, qui sont déjà perceptibles à travers les projets suivants :

  1. Le bitumage de 86 km du tronçon de la Route Kolwezi – Dilolo ;
  2. Le bitumage du tronçon Boma – Moanda;
  3. Le bitumage de 140 km entre Kasumbalesa et Sakanya;
  4. Le bitumage du tronçon Tshikapa – Kamuesha, et Réhabilitation des Infrastructures rurales connexes ;
  5. Le bitumage de 56 km du tronçon Pont Lovua – Tshikapa;
  6. La construction d’un nouveau Pont, long de 160 mètres sur la rivière Kasaï à Tshikapa.

Pour Félix Antoine Tshisekedi, il est plus que temps de lancer le développement du pays à la base en partant de nos territoires tel que le système politique le prévoit dans notre constitution :

« Nous disons souvent que Kinshasa n’est pas la République démocratique du Congo. Il est temps de traduire cette affirmation en actes concrets en adoptant l’approche qui postule que tout développement devrait partir de la base vers le sommet. C’est d’ailleurs le sens même du système politique prévu dans la Constitution de 2006 qui prévoit un Etat unitaire fortement décentralisé. Dans ce système, le territoire est l’espace géographique qui permet la jonction entre le pouvoir central et les provinces. L’objectif étant d’améliorer les conditions de vie des populations rurales et d’accélérer le développement de notre pays » avait-il déclaré lors de son discours sur l’état de la nation.

Alain St. Bwembia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *