RDC- Élections des Gouverneurs : les élus provinciaux conditionnent la tenue des scrutins au paiement des leurs arriérés d’émolument

RDC- Élections des Gouverneurs : les élus provinciaux conditionnent la tenue des scrutins au paiement des leurs arriérés d’émolument

De toutes les institutions politiques de la République Démocratique du Congo, les Assemblées Provinciales sont les plus mal loties. Depuis l’avènement de Félix-Antoine Tshisekedi au pouvoir, payés à compte goutte, les députés provinciaux accusent 13 mois d’impaiement d’émoluments; alors que la centrale électorale a programmé les élections de gouverneurs dans 13 provinces du pays et la partielle à Kinshasa. Visiblement, les députés provinciaux sont déterminés à boycotter ces élections prévues au mois d’avril selon la feuille de route de la Commission Électorale Nationale Indépendante.

En effet, venus nombreux et de toutes les provinces de la république démocratique du Congo, les députés provinciaux ont manifesté aujourd’hui devant l’immeuble du gouvernement pour réclamer le paiement des arriérés de leurs émoluments et conditionnent ainsi la tenue des scrutins.

 » Si nos arriérés ne sont pas payés et qu’il n’y a toujours pas de régularité de paiement de nos émoluments, les élections des Gouverneurs seront boycottées à la session de mars « , a fait savoir le collectif de députés provinciaux de 26 provinces.

Pour les députés provinciaux, le gouvernement de la république n’a jamais respecté ces engagements malgré plusieurs protocoles d’accord signés pour apurer les arriérés.

 » Nous sommes venus à Kinshasa pour interpeller le Gouvernement avec qui on s’est réuni plusieurs fois pour signer des protocoles d’accord qui devaient apurer nos arriérés de plusieurs mois. Mais, chaque fois que ces protocoles d’accord ont été signés, rien n’a été fait ».

Signalons par ailleurs que les députés provinciaux ont été empêchés d’accéder dans l’enceinte de la parcelle abritant l’immeuble du gouvernement sur le boulevard du 30 juin. Ce qui constitue pour eux une humiliation qui ne devrait pas resté impunie. Plusieurs parmi eux propose tout simplement le boycott de la rentrée pour la session parlementaire du mois mars.

Pour l’élu André Kuzunduku du Kongo Central, « Quand bien même le Gouvernement payerait plusieurs mois à la fois, si tous les arriérés ne sont pas liquidés, il n’y aura ni rentrée ni élection. Cette fois ou jamais. Trop c’est trop ».

Plus d’un observateur se pose la question de savoir comment lancer le développement de 145 territoires à la base si les élus provinciaux sont ainsi traités par l’exécutif national ? Cette question vaut son pesant d’or, car ce sont les députés provinciaux qui exercent à la base le contrôle au niveau de chaque territoire.

La république démocratique du Congo compte 780 députés provinciaux répartis dans 26 provinces du pays et sont les électeurs des sénateurs et de gouverneurs de leurs entités respectives.

Alain St. Bwembia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *