RDC- Mines: Déterminée à mettre fin à la fraude et l’exploitation illégale, Antoinette Nsamba Kalambayi annonce la fin de son ultimatum aux exploitants artisanaux

RDC- Mines: Déterminée à mettre fin à la fraude et l’exploitation illégale, Antoinette Nsamba Kalambayi annonce la fin de son ultimatum aux exploitants artisanaux

Le secteur d’exploitation des mines en république démocratique du Congo est un terrain où règne encore l’anarchie, la fraude et la corruption à outrance. Malgré un cadre légal favorable aux Congolais, à travers le nouveau code minier, l’exploitation artisanale réservée aux seuls nationaux est devenue le terrain fertile de la fraude et l’exploitation illégale des minerais du Congo. Certains nationaux, exploitants artisanaux,  s’organisent avec des étrangers pour exploiter de façon industrielle. 

Soucieuse de remettre le secteur des mines dans les rails, la Ministre des Mines, Antoinette Nsamba Kalambayi avait exigé aux étrangers et aux engins lourds de quitter les exploitations artisanales sous peine de subir la rigueur de la loi. Cet ultimatum de son dernier circulaire expire ce 20 janvier 2022.

Plus que 5 jours nous séparent de cette date butoire. Ainsi pour éclairer l’opinion publique nationale et internationale, la ministre des mines a tenu une conférence de presse à ce sujet.

 » L’exploitation artisanale, en principe, se fait avec des mécanismes qui n’utilisent pas les outils industriels. Ça se fait artisanalement et l’exploitation artisanale ne peut pas aller au delà de 30 mètres. Donc les exploitants artisanaux normalement, au vu de la loi, ne peuvent pas  creuser au delà de 30 mètres pour commencer à exploiter les minerais. » a fait savoir Antoinette Nsamba Kalambayi.

Cependant, la ministre des mines déplore la fraude et l’exploitation illégale dans les sites  artisanaux. C’est ainsi qu’elle avait demandé aux étrangers de quitter ces sites avec leurs engins lourds.

 » Aujourd’hui lorsque vous arrivez sur les sites d’exploitation artisanale, vous trouvez des engins lourds. Ce qui n’est pas normal. Des engins lourds et qui conduisent ces engins lourds ? Ce sont des citoyens étrangers qui ne sont pas Congolais. Voilà pourquoi, pour décourager la fraude et l’illégalité dans l’exploitation artisanale, nous avons pris la décision de faire sortir tout les étrangers qui travaillent dans les sites d’exploitation artisanale. Nous, nous avons décidé conformément au code et règlements miniers. Dans le délai butoir que nous avons mis, endéans un mois, lorsque les missionnaires   vont descendre sur terrain, s’ils trouvent des étrangers sur les sites d’exploitation artisanale, ils seront sanctionnés. Je vous ai dit tout à l’heure que nous étions un corps au sein du gouvernement. Dans cette mission d’interdiction des étrangers dans les sites d’exploitation artisanale, nous aurons l’intervention du ministère de l’intérieur par les services de la Direction Générale des Migrations (DGM), nous aurons l’intervention de la Police. Nous aurons aussi l’intervention du ministère de travail par l’entremise de la commission nationale de travail pour étranger, parce que si on trouve aujourd’hui un étranger sur le site d’exploitation artisanale, il faudrait qu’il nous décline d’abord son identité pour qu’on puisse voir s’il a un visa en cours de validité, s’il a une carte de travailleur pour étranger en cours de validité. »

Antoinette Nsamba Kalambayi a annoncé des sanctions contre les contrevenants Congolais et étrangers à cette nouvelle mesure.

« …Voilà les services seront là accompagnés. S’ils ne sont pas en ordre, la sanction est là. Si on trouve des engins lourds sur le site d’exploitation artisanale, le propriétaire de la coopérative sera interpellé et il y a des sanctions, il y a des amendes transactionnelles qui vont de 100.000 à 1.000.000 de dollars américains qui seront établis à tout ces contrevenants, les engins seront saisis et la justice fera son travail. »

L’assainissement du secteur de l’exploitation artisanale est donc lancé, il appartient à chaque citoyen épris patriotisme d’aider son pays au lieu tout le temps d’accuser les autorités politiques.

Alain St. Bwembia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *